Quels critères RSE pour un fournisseur vigilant et engagé ?

Avec l’intégration d’une large partie du scope 3 à l’obligation de reporting extra-financier, relatif aux émissions de GES indirectes générées en amont comme en aval de la supply chain, la question des conseils en achats, et des critères RSE fournisseurs, devient centrale pour les entreprises engagées dans une démarche de développement durable. Découvrez les conseils de notre cabinet de conseil en développement durable. Dans un contexte économique caractérisé par un maillage complexe, où chaque entreprise est le fournisseur d’une autre entreprise en matières premières ou transformées, en énergies et en services, la question de la définition et de l’évaluation de critères de vigilance et de responsabilité des fournisseurs concerne toutes les organisations.

Les critères RSE des fournisseurs

Tout à la fois poussées par la conscience de l’urgence climatique chez leurs dirigeants, par les mesures réglementaires de plus en plus contraignantes, par l’exposition médiatique et par les attentes croissantes des consommateurs, les entreprises contrôlent davantage l’impact de leurs activités sur l’environnement et sur les populations, en intégrant à leur chaîne de valeur le concept de RSE, notamment grâce à la décarbonisation des achats. Le RSE devient un critère prioritaire dans le choix des partenaires commerciaux, et tout particulièrement des fournisseurs. 

Aux critères de solidité économique, de modalités d’achat et de paiement, de prix, de qualité de services, de délais de livraison et de communication, viennent s’ajouter ceux des valeurs partagées, des références qualité (labels, certifications, etc.) et du profil des autres partenaires commerciaux du fournisseur. Clef de voûte d’une économie circulaire, le choix de fournisseurs engagés et vigilants repose sur 4 grands critères, qui chacun englobent plusieurs types d’engagements :

prendre rendez-vous avec un consultant bilan carbone

La gestion environnementale de l’activité

L’offre d’un fournisseur responsable se caractérise par des actions menées en faveur du développement durable, avec notamment des produits éco-labellisés, une analyse du cycle de vie des produits, une valorisation des produits retournés, une gestion responsable des déchets, la réduction des émissions de GES, ainsi qu’une amélioration des performances énergétiques (diminution de la consommation, économie des ressources, recours aux énergies vertes, etc).

La dimension éthique de la gouvernance

Au cœur d’une stratégie RSE, les pratiques éthiques et la loyauté sont prises en compte dans la norme ISO 26000 qui dessine les lignes directrices de la RSE au niveau international. L’assurance de collaborer avec des fournisseurs à la communication transparente, engagés dans une politique anti-corruption ferme et respectant les règles en matière de concurrence constitue la base d’un partenariat solide.

Une gestion RH inclusive et promouvant la diversité

Les valeurs sociales figurent parmi les critères RSE fournisseurs fondamentaux. La diversité et l’inclusion, à la base de toute démarche RSE, impliquent le respect de l’égalité femmes-hommes, l’intégration de personnes en situation de handicap, l’absence de discrimination et l’inclusion des jeunes diplômés comme des seniors.

Le respect des droits humains

Aspect fondamental de la démarche RSE, le respect des droits humains inclut la protection des collaborateurs, la qualité du dialogue social, mais aussi la vigilance quant aux sous-traitants susceptibles d’avoir recours au travail des enfants, d’exploiter les populations ou d’enfreindre les règles de sécurité. 

Pour se prémunir de ces risques, les services achats mettent souvent en place des chartes d’achats responsables et autres engagements contractuels avec leurs fournisseurs. Pourtant, l’expérience nous montre que ce niveau de sécurisation n’est pas toujours suffisant et nécessite une implication plus importante du service achats, notamment par des audits réguliers, pour réduire l’exposition de l’entreprise.

Quels outils pour évaluer les critères RSE d’un fournisseur ?

Deux étapes permettent de sélectionner des fournisseurs vigilants et engagés. La première consiste à établir un cahier des charges qui fixe les attentes de l’entreprise vis-à-vis de ses partenaires en cohérence avec les grandes lignes de sa politique d’achats. 

Ce cahier des charges a pour but de définir des critères d’exigence au sujet de l’impact environnemental du fournisseur (substances nocives utilisées, consommations de produits carbonés et de matières premières non renouvelables, émissions de GES, consommation d’eau, etc.), de son respect des règles économiques et juridiques, de son respect des droits humains, des conditions de travail de ses salariés, et de la positivité de son impact social et sociétal.

Dans un second temps, il s’agit de pouvoir évaluer les fournisseurs. La norme ISO 20400, bien que ne faisant pas l’objet d’une certification, constitue pour les entreprises et collectivités un outil précieux pour évaluer l’engagement RSE de potentiels fournisseurs. Elle donne les lignes directrices aux organisations pour l’intégration d’une démarche de durabilité dans leur politique d’achats. Les donneurs d’ordre peuvent également se baser sur les fiches d’évaluation proposées sur des plateformes en ligne comme :

  • EcoVadis ;
  • Sedex ;
  • Acesia.

Elles se basent sur les critères RSE fournisseurs de la norme ISO 20400.

Une fois réalisée la sélection de fournisseurs vigilants et engagés, la signature de la charte Relations Fournisseurs et Achats Responsables permet d’instaurer ou de renforcer une relation de confiance entre les entreprises partenaires.

Critères RSE fournisseurs : un arbitrage souvent nécessaire

Malgré les outils à disposition des entreprises et les lignes directrices esquissées par les normes internationales en la matière, le choix de fournisseurs reste complexe à mettre en œuvre en entreprise. La direction Achats est bien souvent confrontée à des objectifs contradictoires, inhérent à la double dimension éthique et économique du développement durable, mais aussi à la nécessaire hiérarchisation des critères RSE, qui nécessite une orientation bien définie en amont.

Le critère du prix face à la RSE

L’un des premiers antagonismes auxquels sont confrontés les services achats des entreprises est celui du critère de prix, pas toujours compatible avec les critères RSE. Dans la recherche de fournisseurs, le rapport qualité-prix a longtemps été le nerf de la guerre. Le critère du prix sera notamment à aborder lors de la phase de négociation des achats avec votre fournisseur.

Aujourd’hui, les critères RSE viennent bousculer la hiérarchie des attentes, les valeurs de l’entreprise partenaires arrivant bien souvent en tête de liste des critères de choix. Pour autant, la nécessité de viabilité économique, indissociable du concept même de développement durable, implique de toujours chercher les meilleurs prix. Une conciliation pas toujours évidente pour les donneurs d’ordre, à qui on demande tout à la fois une politique d’achats responsable et des choix permettant la meilleure marge.  

Le problème est notamment lié à un manque d’acculturation des services, en interne, au sujet de l’impact à long terme d’une politique d’achats responsables. Il faut en effet tenir compte de l’augmentation de la valeur immatérielle de l’entreprise que permettent ses pratiques sociales et environnementales. 

Une stratégie RSE complète, qui inclut donc le choix de fournisseurs vigilants et engagés, est un facteur de performance à long terme. Les entreprises peuvent en attendre une amélioration de leur compétitivité globale et des économies importantes à moyen et long terme.

Quels critères RSE fournisseurs privilégier ?

Un autre point complexe auxquels sont confrontés les responsables des achats dans les entreprises est celui de la priorité à donner à certains critères RSE au sein d’un même enjeu (environnemental par exemple). 

Faut-il privilégier les écolabels comme le bio, le sourcing local, ou encore la question des ressources en eau ? Trancher ces questions demande davantage d’expertise qu’il n’y paraît : est-il intéressant de s’approvisionner dans une variété ancienne de blé bio pour soutenir la diversification agricole si cette variété est plus gourmande en eau ? La relocalisation des activités est-elle systématiquement adaptée ? 

Au cœur d’une politique d’achats responsable, le choix des fournisseurs est un enjeu crucial pour s’engager dans une dynamique de développement durable. Mais ce choix doit être guidé par une véritable orientation. Certains critères sont antagonistes, non par nature, mais dans un contexte donné : ils demandent donc des arbitrages, qui ne peuvent reposer que sur l’orientation que chaque entreprise décide de donner à sa politique RSE.

Buying & Solutions, acheteur business partner, vous propose des solutions concrètes et durables pour renforcer votre pôle achats à travers des conseils en achats et organisation, mais aussi un accompagnement à la décarbonation des achats, clé de voûte de votre démarche RSE.

Retrouvez ci-dessous nos autres nouvelles !

Consultant indépendant : une ressource achat disponible

Consultant indépendant : une ressource achat disponible

Que vous ayez besoin d’un renfort opérationnel ou d’un regard neuf sur vos processus d’achat existants, un consultant indépendant est une solution à envisager. Mais quels sont les points clés à intégrer avant de recourir à un consultant indépendant en achats ? Les experts de Buying & Solutions vous donnent toutes les clés de réussite !

Cabinet de management de transition : Comment bien le choisir ?

Cabinet de management de transition : Comment bien le choisir ?

Dans un environnement économique en constante évolution, votre entreprise peut avoir besoin de recourir à un cabinet de management de transition. Face à la multitude d’acteurs sur le marché, comment sélectionner le partenaire idéal ? Quels critères privilégier pour garantir une collaboration fructueuse ?